Bannière ingénierie patrimoniale Céliance

L’ingénierie Patrimoniale

Il est important de savoir gérer son patrimoine et de maîtriser son capital pour prendre les bonnes décisions sur le court, moyen et long terme. L’ingénierie patrimoniale permet de structurer son patrimoine, de trouver des solutions pour faire face à chaque étape-clé de sa vie professionnelle et d’organiser sa transmission. Nos consultants Céliance vous accompagnent pour mettre en place une stratégie patrimoniale efficace et répondant à vos besoins.

Notre méthode :

  • Etablissement d’un diagnostic global et projection de votre situation actuelle dans les 15 prochaines années
  • Proposition de scénarii d’optimisation pour sécuriser, optimiser et développer votre patrimoine
  • Mise en œuvre des solutions

Le financement demeure une préoccupation centrale des entreprises. Le besoin de financement est nécessaire tout au long de la vie de l’entreprise :

Habituellement, le cycle de vie d’une entreprise comprend 5 phases.

Au démarrage : une première phase de création, suivie d’une phase d’innovation.

Ensuite se succèdent 2 phases : développement et croissance ; puis maturité.

Certaines entreprises peuvent connaître une période de difficulté avant d’entamer la dernière phase : celle de la transmission.

En phase d’amorçage (start-up), l’entreprise est en création ou tout juste créée. Le projet est souvent innovant, à fort potentiel et/ou à fort contenu technologique. Il n’y a pas encore de chiffre d’affaires.

En phase de création, l’entreprise passera d’une phase « early stage » à « late stage ». En fin de phase, elle aura eu 2 années d’activité, un portefeuille de commandes avéré et du chiffre d’affaires. Ces premiers exercices pourront néanmoins être déficitaires.

En phase de développement, « growth », l’entreprise sera en activité depuis au moins 3 ans, aura un chiffre d’affaires avéré et devrait réaliser pendant cette phase 2 exercices positifs.

Naturellement, pendant ces trois premières phases, pour obtenir du financement, la société doit être en mesure de produire une étude de marché probante accompagnée d’un plan d’affaires réaliste. Son management doit être compétent et motivé.

L’entreprise atteint ensuite une phase de consolidation ou de maturité.

Cette phase peut être assez longue. A l’issue de celle-ci, elle pourra éventuellement être transmise.

L’entreprise est en activité depuis au moins 3 à 5 ans, a un chiffre d’affaires avéré et un endettement mesuré. Il faudra 3 exercices positifs et un bon projet de développement pour pouvoir réaliser une opération de « leverage » réussie. Cette transmission pourra se traduire soit par une entrée en bourse soit par une cession à une autre entreprise, à un fonds d’investissement ou au management.

Une entreprise en phase de retournement connaît des difficultés financières.

C’est la phase critique. La solution de financement passe souvent dans ce cas par une augmentation de capital pour recueillir de l’argent frais. Mais pour qu’une solution de financement aboutisse, il faudra aussi que cette situation soit une anomalie passagère et que l’entreprise repose sur des fondamentaux solides et des projets de développement.

Le financement est au cœur de la stratégie de l’entreprise. Toute structure est susceptible d’avoir à court, moyen et long terme un besoin de financements : qu’il s’agisse de renforcer sa structure financière, trouver de nouveaux investisseurs, ou financer son outil de production et sa trésorerie.

Le besoin de financement est corrélé à la phase dans laquelle se trouve l’entreprise et peut donc être lié :

  • à un besoin de capital pour financer les premiers investissements en phase de Création ;
  • à des besoins d’innovation ou d’export en phase de Croissance et de Développement ;
  • en phase de Maturité où tout au long de sa vie, l’entreprise va souhaiter financer tout simplement l’exploitation ;
  • les montages à effet de levier vont concerner plus particulièrement les entreprises en phase de Transmission ;
  • en période de difficulté, l’entreprise recherchera des solutions de sauvetage, de prévention ou, des aides ;
  • enfin, régulièrement dans son cycle de vie, l’entreprise sera à la recherche de garanties.

Création, investissement, croissance, garantie… autant de besoins que l’entreprise cherche à financer.

Les solutions de financement peuvent être appréhendées de différentes façons. Elles peuvent être regroupées par objectifs (développement, innovation, export, aide aux entreprises en difficulté, etc.) ou bien sous une forme reprenant la présentation des états financiers :

  • le financement en fonds propres ;
  • le financement en quasi-fonds propres ;
  • le financement des investissements ;
  • le financement de l’exploitation.

Une mission de recherche de financement consiste à trouver la ou les solutions qui répondent au besoin de notre client.

Il s’agit de faire le bon diagnostic afin de s’adresser aux bons financeurs.

L’Etat est un acteur incontournable du financement des entreprises. Il consacre près de 60 milliards d’euros chaque année en dispositifs variés d’aide aux entreprises au travers de quelques 6 000 dispositifs. Le financement public intervient à tous les stades de développement de l’entreprise : amorçage, innovation, développement et transmission.

Les acteurs publics, au nombre desquels figurent également les collectivités territoriales, proposent toute la gamme de solutions de financement, qu’elle soit en fonds propres ou en prêts.

Les acteurs privés du financement sont naturellement plus nombreux et pourront intervenir tout au long de la vie d’une entreprise, comme le font les établissements de crédit ou le capital-investissement ; ou à des moments précis comme c’est le cas des « Business Angels ». La nouveauté autour de ces acteurs provient notamment de l’avènement des plateformes de « crowdfunding » ou de financement participatif.

Les sources de financement sont donc multiples :

La palette est large et les nuances à maîtriser subtiles. Chaque cas est spécifique dans sa nature, son contexte et son montant.

Face à la multiplicité des sources de financement, il apparaît primordial d’anticiper, d’analyser la situation et d’identifier rapidement les solutions et les acteurs les plus adaptés à vos besoins.

Faites-vous accompagner !

Pour les financeurs, notre intervention est un gage de fiabilité.

Notre intervention les sécurise.

La démarche d’accompagnement nécessite au préalable de déterminer les contours de la mission :

Phase 1 :

  • Autodiagnostic du financement : il vise à apprécier la situation financière de l’entreprise
  • Prise de connaissance du projet
  • Identification des besoins en fonction de la stratégie de l’entreprise
  • Analyse financière, évaluation de l’entreprise
  • Les différentes solutions de financement et l’identification des acteurs

Phase 2 :

  • Élaboration du plan d’affaires comprenant l’élaboration des informations financières prévisionnelles
  • Le montage du dossier de demande de financement
  • Participation aux négociations avec les financiers

Dans le cadre d’une levée de fonds (financement par fonds propres), une étape complémentaire est nécessaire pour :

  • Élaboration et diffusion du dossier de présentation ;
  • Pré-sélection des investisseurs potentiels ;
  • Participation aux négociations ;
  • Participation à l’élaboration des éléments comptables et financiers du protocole, de l’acte et des garanties.

Ne sous-estimez pas l’impact du financement dans le pilotage de votre entreprise. Planifiez vos projets de développement. Diminuez le risque d’un investissement mal estimé et financé par une solution inappropriée. Sachez anticiper les « trous » de trésorerie.


Nos compétences et notre expertise dans l’ingénierie patrimoniale nous permettent d’intervenir dans des environnements très variés
et dans de nombreux secteurs d’intervention.

Contactez-nous en cliquant ici.